LES LAURéATS Célèbres

Olivier Messiaen
(composition)
Katia Labèque
(piano)
Maria Labèque
(piano)
Patrice Fontanarosa
(violon)
Michel Polnareff
(chanson)
Cédric Tiberghien
(piano)
Michel Plasson
(chef d'orchestre)
Brigitte Engerer
(piano)
Marcel Bitsch
(composition)
Eric Artz
(piano)
Ginette Neveu
(violon)
Pierre-Yves Artaud
(flûte)
Barbara
(chanson)
Marielle Nordmann (harpe) Michel Legrand (composition) Claude Piéplu
(comédien)
Jean Laurent Cochet (comédien) Jacques Loussier
(piano)
Anne Queffélec
(piano)
Jean Schulteis
(piano)
Jean-Claude Pennetier Georges Pludermacher Pascal Devoyon Thierry Escaich
Augustin Dumay Christianne Eda-Pierre Brigitte Engerer Alexis Galperine
Alexandre Tharaud Serge Baudo André Issoire Raphael Oleg
Yves Henry Antoine Hervé Philippe Entremont Philippe Bride
Roland Pidoux Isabelle Aboulker Frederic Aguessy Françoise  Buffet
Jacques Casterède Michel Chapuis Gérard Jarry Françoise Gervais
Odette Gartenlaub Christian Ivaldi Geneviève Joy Yvonne Loriod
Jeanne Loriod Alain Planès Pierre Sancan Paul Tortelier
Alain Kremski France Clidat André Gorog Cyprien Katsaris
Philippe Lefeuvre Bernard Ringeissen Françoise Thinat Miklos Schön
Jean-Dominique Krynen (1979) Nadine Denize    

 

CEUX EN TRAIN DE LE DEVENIR .....

Céline Vanel Adam Vidovic Béatrice Meissner Yann Lemarie
Daniel Gremelle Emmanuelle Turbelin
Grégoire Vecchioni Paul Brie
Isabelle Parès flûte Marlène Assayag Amandine Monier Rémi Geniet
Antoine Moulin Quatuor anches hantées Quatuor Afon Davy Basquin
Catherine Lieber Yumeto Suenaga Carl-Emmanuel Fisbach Célia Triplet
Quatuor Hestia Daniel Follet Jean-Frédéric Neuburger Aurélie Deschamps
Bardassar Ohanian Francesca Perissinotto Paul Brie Eric Rouget
Michel Raynié Agnès Bodnar Lola Descours Laëtitia Jeanson
Sylvie Beltrando      
Thierry Pallesco Natacha Colmez Maxime Penard Anna-Maria Barbara

le concours au FIL des siecles

Depuis 1926, date de sa création, le Concours a évolué  en fonction des  besoins et des époques. Il était alors l’un des seuls concours  existants et pratiquement l’unique moyen de jalonner le parcours des jeunes musiciens.
Au cours des dernières décennies, de très nombreux conservatoires ont été créés, attirant la majorité des élèves musiciens. Ces conservatoires proposent des concours ou des examens qui ont lieu en fin d’année. Le Concours  Léopold Bellan représente alors la possibilité pour les  candidats de s’entraîner sur un programme déterminé dans un laps de temps donné. Il concerne alors plus facilement les candidats les plus avancés.
Devenu Concours International de Musique et d’Art Dramatique en 2005, il s’est recentré sur les épreuves d’excellence.

Le Concours International de Musique et d’Art Dramatique reste en 2012 le seul concours historique français.

En 1926, le Concours s’appelait concours de musique et de déclamation, les prix étaient remis alors à la Sorbonne par le Président de la République ou un Ministre important.  Depuis 1950, cette cérémonie est organisée dans les locaux de la Fondation.

Ses directeurs successifs :

1926 – 1936 : Charles RENE, pianiste, musicologue et professeur. Il fut ainsi le premier professeur d'harmonie de Maurice Ravel.

1936 – 1966 :  Noël GALLON, Premier Grand Prix de Rome, professeur de contrepoint et de fugue au Conservatoire de Paris. Il a formé, avec son frère Jean, de nombreux musiciens comme Henri Dutilleux, Olivier Messiaen et bien d’autres.

Depuis 1966, Christian MANEN, Premier Grand Prix de Rome, professeur honoraire du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, chef d’orchestre et compositeur  assura la direction artistique du Concours et la présidence des jurys jusqu’en mai 2012, date à laquelle il annonça son départ.

2012 : une nouvelle équipe composée de Rémi Guillard, Hélène Berger, Federico Fait, Françoise Perenchio  regroupée au sein de l’association  "LANCER D'ART " assure l’organisation du « Concours International de Musique et d’Art Dramatique Léopold Bellan ».

LA FONDATION BELLAN

La Fondation Léopold Bellan  www.fondation.bellan.fr  s’est donné pour mission depuis sa création de faire face aux enjeux de santé, sociaux et médico-sociaux et d’apporter des réponses adaptées aux problématiques des personnes malades, des personnes âgées, des enfants en danger et des jeunes en difficulté sociale, des enfants, des jeunes et des adultes en situation de handicap mental, psychique, sensoriel. Porteuse de valeurs de solidarité, de respect des autres et des différences de chacun, la Fondation Léopold Bellan  accueille ou accompagne, sans distinction d’origine, d’appartenance religieuse ou de moyens, plus de 69 000 personnes chaque année.

LEOPOLD BELLAN, FONDATEUR DU CONCOURS

Pour tout musicien, lorsqu'on entend le nom de "Léopold Bellan", seul vient à l'esprit son Concours. Or son oeuvre intervient bien au delà du domaine musical.

Il semble que ce soit l'épreuve physique et morale vécue dès son enfance, due à son handicap qui lui ouvrit le cœur à la mise en pratique d'une solidarité et d'une bienfaisance laïques. Dès l'âge de 20 ans, alors sans ressources et sans relations, il se préoccupe déjà de venir en aide à la détresse humaine.En 1884, le premier organisme qu'il fonde est une association d'éducation populaire. Il s'agit pour Léopold Bellan d'accompagner le jeune régime républicain dans son effort de promotion des citoyens par le savoir.

Léopold Bellan estimait que pour celles et ceux qui n'avaient pas eu la chance de bénéficier d'une instruction académique l'accès au savoir, indispensable à l'homme libre, pouvait être rendu possible grâce à la culture, un concept particulièrement novateur pour l'époque et toujours d'actualité. Il crée ensuite la Société d'Enseignement Moderne qui regroupe, après quelques années, 22 000 élèves de tous âges, afin de lutter contre l'illettrisme notamment des adultes, problème d'une grande acuité à la fin du 19ème siècle, où l'école publique, laïque et obligatoire devenait progressivement une réalité

En 1904, Léopold Bellan ouvre des cours de médication familiale, puis des cours de musique et de déclamation..

Au-delà de la mise à disposition des plus démunis des moyens pour s'instruire, le projet de Léopold Bellan vise à l'amélioration morale, intellectuelle et physique des populations les plus déshéritées.

La Grande Guerre marque une rupture dans l'action de Léopold Bellan. La perte de son fils unique semble accentuer son engagement social.
C'est après la 1ère guerre mondiale que les premiers établissements sociaux et médico-sociaux sont ouverts, mettant en œuvre des conceptions sociales de solidarité qui donnent à l'association une physionomie assez proche de l'actuelle Fondation et, plus largement du mouvement associatif sanitaire et social de notre époque.

Les réalisations de Léopold Bellan sont trop nombreuses pour être toutes citées, néanmoins elles peuvent être classées de la manière suivante :
- œuvres éducatives et d'enseignement par la mise en place de cours pour hommes et femmes dont une structure particulièrement originale : le foyer central d'hygiène physique, morale et mentale ;
- œuvres d'amélioration morales par des concours annuels de chansons, de musique et de déclamation et la création de parcs sportifs ;
- œuvres d'hébergement : orphelinats, maisons de retraite, foyers d'accueil ;
- et enfin structures de soins : sanatoriums, préventoriums, hôpital, maisons de repos et de convalescence.

A la mort de son fondateur, l'Association Léopold Bellan ne compte pas moins de 25 filiales dont certaines " immatérielles " - comme le Concours de chansons - réparties presque exclusivement en région parisienne, dans un important patrimoine foncier et immobilier.

Malgré un apparent éclatement des différentes œuvres qu'il a fondées, Léopold Bellan a bien mis en œuvre " un projet global " d'amélioration du sort des couches populaires défavorisées.

L'œuvre de Léopold Bellan est impressionnante par le nombre de ses réalisations.

Il fut l'un des grands précurseurs de l'aide sociale qui puise ses idées aux sources des grands courants de pensée agitant les milieux républicains à partir de 1880.


logo FONDATION BELLAN
www.fondation.bellan.fr/
64 rue du rocher 75008 PARIS/ FRANCE
website © HB/EQUAL-IT